Infantilisation

Reste-t-on à jamais le bébé à sa maman ?? Quand j’entends les remarques émanant de ma propre mère, je me demande si, un jour, elle me verra comme une adulte mature et responsable. J’ai l’impression de ne jamais être à la hauteur, de n’être encore qu’une gamine irresponsable qui ne pense qu’à s’amuser. Et ça me gonfle. Plus ou moins selon mon humeur du jour, mais je ne parviens pas à faire glisser ces remarques acerbes.

C’est vrai que, moi-même, je ne vois pas mon fils grandir. Il approche de son premier anniversaire et j’ai encore les sensations de ma grossesse ancrées dans mon ventre. Des images de sa naissance sont gravées dans ma tête avec une netteté impressionnante. Et pourtant, il s’en est passé des choses depuis une année. Il a évolué comme jamais, c’est fou quand on y pense. Passer de  l’état de nourrisson à ce petit bébé devenu petit garçon qui marche quasiment.

J’imagine bien qu’il est difficile de considérer son propre enfant comme un adulte d’égal à égal, encore que… mais de là à manier l’infantilisation à vie, il y a un fossé. Maintenant que la phase « tout petit » est terminé, on attaque la phase éducation. Il est encore petit mais nous devons d’ores et déjà poser certaines limites. Il comprend le non, il comprend nos encouragement. Nous avons donc des choix à faire. On tâtonne un peu, on hésite, on essaie, on recule, mais on expérimente. Et c’est aussi la période où, ma mère étrangement peu loquace jusque là, se met à se dévoiler… Comment ai-je pu être aussi naïve de croire qu’elle me laisserait gérer ça sans une remarque à l’horizon ?…

Je suis donc redescendue sur terre, j’ai ravalé mes espoirs de débats constructifs sur les manières d’élever et d’éduquer un enfant, tout en respectant les choix différents des nôtres. Je ferai le dos rond, comme avant. Et je tenterai plus que jamais de ne pas me laisser atteindre par ses remarques blessantes, infantilisantes, inutiles puisque systématiquement orientées « écoute mes conseils, j’ai forcément raison et toi tu as tort, ma manière de faire est la meilleure ».

Je lui en veux d’être comme ça. Je devrais bien finir par l’accepter telle qu’elle est mais je n’arrive pas à m’y résoudre. Je persiste à croire qu’elle pourrait changer. Naïveté encore. Elle est bien trop ancrée dans son époque, son éducation, sa génération pour changer. Elle suscite en moi des sentiments très ambivalents que je ne décrirai pas dans le détail par pudeur. Il va pourtant falloir que je me résigne, un jour ou l’autre, pour enfin être capable de laisser glisser ses propos.

Publicités

Chamboulez moi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s