Travailler sur soi

Je me demande souvent jusqu’où on peut s’améliorer. Se bonifier avec le temps. Et dans quelle mesure on ne peut pas tant changer que ça. C’est bien connu, chasser le naturel, il revient au galop.

Je ne suis jamais très contente quand J. me demande d’être moins ceci, plus cela etc… J’ai toujours la désagréable impression qu’il ne m’aime plus pour ce que je suis vraiment. Qu’il faudrait que je change pour lui plaire à nouveau. Je sais au fond de moi que cette impression est fausse mais elle est bel et bien là et j’ai du mal à m’en défaire.

Pourtant, je sais que l’on peut toujours évoluer. Une relation est aussi faite pour s’enrichir des qualités de l’autre. L’amour que l’on porte à cette autre personne nous pousse à être meilleur, à donner le meilleur de nous-même. Je connais mes défauts, je sais que je suis perfectible, je sais même ce qu’il faudrait faire. Et puis, les années que l’on prend nous font mûrir, grandir. La parentalité nous fait changer aussi. Le socle reste le même mais le vernis évolue. Je serai toujours quelqu’un d’impulsif, quelqu’un qui doute, quelqu’un qui veut tout, mais je sais que je peux aussi être plus à l’écoute, être plus souple, être moins inflexible.

Mais, par moment, les jours « sans », je n’ai pas envie d’être meilleure, je n’ai pas envie d’être cette autre, j’ai juste envie qu’il m’aime telle quelle, sans changer un millimètre de ce que je suis. Parce que c’est de l’investissement de changer, ce sont des efforts. Que le quotidien est parfois éreintant et, ces jours-là, a déjà épuisé toutes mes ressources pour faire des efforts.

En ce moment, je suis dans une période « sans ». Je touche du doigt mes limites. Ma limite, c’est le sommeil. Les nuits hachées, les longs trajets à répétition, prendre soin de mes proches, je me sens lasse. Je suis fatiguée et je n’ai pas la capacité de faire ces efforts-là.

Plus tard, promis, je les ferai. Mais là, j’ai juste envie d’être dans un cocon de douceur, de tendresse. J’ai envie qu’on me murmure à l’oreille que « tout ira bien », que « ça va passer », que « l’été arrive, c’est ta saison préférée et que le soleil panse les plaies ».

Publicités

Chamboulez moi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s