Le cas des AD

AD pour anti-dépresseurs. Un tout petit comprimé blanc qui me faisait si peur. D’emblée, quand la sage-femme a évoqué la piste de la DPP et les traitements possibles, elle m’a parlé d’AD. J’ai un peu paniqué à l’idée de soumettre mon cerveau à leur action.

J’avais peur de me retrouver stone, de délirer, de ne plus être moi-même, de ne plus pouvoir me concentrer, que ça se voit de l’extérieur. Je m’imaginais déjà dormir à moitié la journée et être éveillé tel un hibou la nuit. Je craignais de devenir accroc, de tomber dans une spirale infernale, de ne plus pouvoir en décrocher. Bref, je voyais ça comme une drogue. Je savais bien qu’il existait des doses faibles, mais malgré tout, c’est à tout cela que j’ai immédiatement pensé au moment même où elle a prononcé le mot.

J’avais déjà énormément de mal à réaliser qu’on me parlait de dépression, alors assumer les AD, c’était hors de ma portée. Et puis de fil en aiguille, je suis arrivée à la pharmacie avec ma prescription. Je n’ai même pas osé regarder la pharmacienne dans les yeux tellement j’avais honte. Je me prenais mon échec en pleine face. J’ai tout fait pour paraître la plus naturelle et enjouée possible. J’ai tout de même osé poser deux trois questions sur la posologie. Elle a dû bien sentir mes inquiétudes puisqu’elle a terminé par une toute petite phrase à peine audible qui m’a aussitôt rassurée : « ne vous inquiétez pas, vous avez une dose très faible ».

Les jours qui ont suivi, j’ai guetté les effets secondaires. Moi qui dormait plutôt bien, mis à part la phase pour trouver le sommeil, je me suis coltinée des nuits agitées comme jamais. A tourner, me retourner en permanence, la tête pleine de rêves bizarres. A me réveiller les paupières lourdes, plus fatiguée que la veille au soir. Ca n’a duré qu’une semaine. Ensuite j’ai retrouvé mon sommeil habituel. Et surtout le vélo a arrêté de tournicoter dans ma tête. Au coucher, je peux enfin repenser à ma journée, à mes questions, sans que cela devienne un tourbillon sans fin qui m’emmène bien loin du sommeil.

Côté journée, on peut dire aussi que l’effet est positif. Mon humeur s’est apaisée. Plus de montagnes russes, plus de colères subites, plus d’explosion pour des détails. Je pouvais enfin parler de tout ça sans cris, de manière constructive. Je me retrouvais enfin.

Mes craintes se sont avérés infondées. Je suis moi, en plus apaisée. Bien sûr, il m’arrive encore de m’énerver. Mais la colère est moins irrationnelle, je sens que je peux la maîtriser. J’ai retrouvé la maîtrise de moi. Et ça, ça fait un bien fou au moral. Je ne me sens plus perdre le contrôle, comme si je m’échappais de mon propre corps, telle une furie.

Je ne regrette pas d’avoir tenté les AD, malgré mes craintes. Bien sûr, je redoute encore l’arrêt. Je me demande ce que ça va donner. Suis-je prête ? Je me sens aller mieux, alors, quand arrêter exactement ? Bref, autant de choses à aborder avec ma nouvelle amie, j’ai nommé ma psy.

Publicités

Une réflexion sur “Le cas des AD

Chamboulez moi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s