Montrer l’exemple

C’est un fait, nous – parents – sommes des êtres humains. Donc par essence,  nous sommes imparfaits. J’en ai bien conscience et pourtant je sens bien que je cherche à paraître parfaite aux yeux de mon fils. J’ai réussi à faire une croix sur la normalité côté logistique, mais il reste toute la partie éducation, caractère, valeurs, etc. Autant dire le moins évident.

On discute souvent entre nous de ce qu’on aimerait transmettre à notre fils. Chacun a ses requêtes, influencé par sa propre éducation. Heureusement, nous en avons reçu deux assez proches, on a donc les mêmes fondamentaux. De manière générale, pour ma part, j’ai envie d’insister sur ce qui m’a manqué à moi étant enfant. De l’écoute, de la compréhension, de l’empathie. J’étais aimé, mais j’avais l’impression qu’on ne me prenait pas au sérieux. Qu’on m’imposait des choses sans me les expliquer, aucune place au débat, à l’argumentation, à l’écoute de certaines de mes envies. Je ne parle pas des choses de base, je ne voulais pas discuter sur le pourquoi de certains interdits, j’aurais voulu qu’on m’écoute sur des choses banales, futiles. Mais même sur ça, c’était programme imposé.

Et puis il y a ces choses sujet à débat, qui touche aux préjugés. On ne se l’explique pas vraiment bien mais elles nous choquent, elles nous dégoûtent, elles sont incompréhensibles. On est dans le domaine du franc, du brut, du sans nuance. Dans quelques jours ou semaines, il est probable que je me fasse – enfin – tatouée. L’avenir nous dira si je ne recule pas. Mais pour le moment, je suis décidée. La réflexion aura duré des années. J’en ai toujours eu envie. Par toujours, j’entends depuis l’adolescence. Ce qui n’était sûrement au départ qu’un caprice de jeunesse est devenue une idée fixe. C’est un fait, j’aime certains tatouages, je les trouve beau. Bien sûr, je trouve aussi que ça donne du chien. En fait, je trouve que ça habille le corps, qu’ils soulignent les courbes, marquent les creux, comme un bijou. J’aime la façon dont ils reflètent la personnalité des gens, qu’ils aient une signification ou non. J’aime bien la façon dont ils convoquent l’imaginaire de celui qui les admire.

Ce qui m’a retenu jusqu’à ce jour, c’est essentiellement la réaction de ma mère. Et la peur de la douleur. Voilà, c’est dit, j’ai toujours été effrayée à l’idée de supporter sa désapprobation, de lire la déception dans son regard. Passe encore à l’adolescence. Mais à 30 ans, ça en devient ridicule. Et puis, la peur de la douleur s’est estompée, le motif s’est précisé, l’emplacement aussi, la projection s’est faite de mieux en mieux et la dernière barrière a fini par tomber. D’où me vient ce déclic soudain ? Je ne parviens pas à savoir. Probablement que la DPP y est pour quelque chose. Peut-être qu’enfin je me sens d’assumer complètement mes choix, dans tous les domaines. Au diable la désapprobation. Je me sens prête à subir tout ça. Et même mieux, je sens que cela me laissera indifférente. Oui je prends un chemin à l’opposé de ces aspirations. Et je m’en fiche.

Mais qu’en sera-t-il de mon fils ? Quand il voudra plus tard se faire tatouer comme papa et maman. Que lui dirons-nous ? Nous en avons discuté ce week-end. Nous lui dirons probablement de réfléchir. Longtemps. Cela semble simple comme ça. Nous aurons sûrement beaucoup plus de difficultés s’il s’agit de demandes qui vont à l’encontre de nos goûts. Je me demande bien quelle attitude nous adopterons. Je ne sais pas ce qu’il en est de mon homme, mais je sens bien que par moment j’ai tendance à projeter certains de mes envies sur mon fils. Moi qui n’est jamais été sûre de moi, j’ai envie qu’il déborde de confiance en lui. Quelle sera ma réaction s’il est aussi timide que moi ? Je redoute d’être déçue et surtout de lui faire ressentir ma déception, comme je l’ai tant de fois perçue dans les yeux de ma mère.

On a encore le temps de réfléchir à tout ça, mais ce tatouage a eu le mérite d’ouvrir la discussion.

En attendant, j’ai drôlement hâte de me faire faire ce gribouillage. La douleur m’inquiète encore un peu, mais je me sens prête à la supporter. L’envie est définitivement plus forte. A suivre…

Publicités

Chamboulez moi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s