Plouf, dans le grand bain

Le nirvana c’est sympa, mais quand on peut dormir ET respirer, c’est encore mieux ! Vous l’aurez compris, sur la fin, j’avais hâte d’accoucher. J’étais fière de ma hauteur utérine, fière de mon ventre de baleine, mais j’avais un sacré souci, je devais choisir entre dormir et respirer. Choix cornélien pour moi qui suis une véritable marmotte.

J’ai quand même fini par choisir ce qui m’était vital et j’ai donc cherché à favoriser la venue de mon petit habitant. J’ai très vite renoncé à la méthode italienne, faut pas déconner, quand on a besoin d’une grue pour ce genre de choses, ça casse un peu l’ambiance !!

J’ai opté pour la balade. Un soir de fortes chaleur, on est sorti faire un tour. Une marche de 20 minutes, jusqu’à notre bar favori. Un Perrier pour moi, une bière pour lui, une demi-heure pour souffler, papoter avec notre barman d’ami et on est reparti.

Hasard ou pas, 3h plus tard, à 3h du matin, j’ai fait plouf dans ma salle de bain. Et 11h plus tard, j’ai fait gnnniii dans une salle de naissance. Un jour je raconterai peut être mon accouchement plus en détail, mais pour résumer, j’ai eu l’impression d’être en cours de préparation à l’accouchement tellement ça collait à ce que la sage-femme nous a présenté. Plouf à 3h, une douche à 3h30, à la maternité à 4h avec début des contractions, puis crescendo jusqu’à 9h, péridurale, dilatation, 2h de descente dans mon bassin, 1/2h de poussée et voilà. J’ai eu mal, j’ai géré avec la respiration, j’ai kiffé la péridurale, je n’ai plus eu mal, j’ai dormi (oui oui !), j’ai poussé et basta. c’était torché en 11h de temps.

Quand on a posé J. sur mon ventre, il était un peu bleu, gluant, fripé. Je n’ai pas mémorisé d’odeurs, juste une image. Il a peu crié, très vite on l’a emmené pour dégager ses voies respiratoires, ce petit goulu ayant avalé du liquide. Durant ces quelques secondes de tête à tête, je l’ai regardé, dans les yeux, tout juste le temps d’imprimer cette image, et puis il est parti.

Comment avoir le temps en quelques secondes de réaliser qu’il était là, enfin, comment avoir le temps de se laisser submerger, comment avoir le temps de pleurer ? Le temps est resté en suspens et moi je suis restée bloquée au stade de l’incrédulité. Encore et toujours.

Publicités

Chamboulez moi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s