J’ai ouvert une librairie à domicile

Mon fils a dû comprendre que je n’étais pas doué pour percevoir ces petits effleurements internes, donc il est rapidement passé aux vrais coups. Dans les côtes, sur la vessie, sur l’estomac, bref sur tout ce qui était à sa portée là-dedans. Mais ça ne m’a pas empêché d’avoir un second trimestre plutôt tranquille, la bedaine ni trop petite ni trop grosse, un bébé en pleine forme, une future maman avec la pêche, c’était comme dans les livres et ça me rassurait.

Seule ombre au tableau, ces mouvements me faisaient sourire, rire, mais j’étais loin de l’émerveillement, des yeux brillants d’émotion. Oui je passais de longues minutes le soir sur mon canapé devant la télé, les deux mains sur mon ventre, à le guetter, mais là encore, point de coeur gonflé d’amour, juste de l’incrédulité. J’ai coupé court à mes doutes en me disant que j’y viendrai petit à petit et que de toute façon, à la naissance, je n’y couperai pas, je verserai ma larme, point barre !

Au fil des semaines, on a préparé ses affaires, la chambre, les vêtements, le matériel, acheté, emprunté, donné, on était prêt. Moi j’accumulais les bouquins, les conseils des copines, des proches, comme un patchwork de modes d’emploi, persuadée d’avoir toutes les billes pour être une mère parfaite. Tout en me répétant bien sûr que la mère parfaite n’existe pas et que nous ferions ce que nous pourrions. Belle contradiction qui illustre toute l’ambiguïté de ma personnalité. Je m’étais fait la promesse de ne pas vouloir être parfaite, j’essayais de m’auto-convaincre, tout en faisant exactement le contraire en réalité.

Le dernier trimestre a été la continuité du second. Je suis devenue baleine, mais j’étais épanouie. Tout le monde était aux petits soins pour moi, les compliments fusaient, la grossesse m’allait super bien parait-il. A croire qu’avant, j’étais moche ! Je dois reconnaître que, moi qui n’aimait pas mon corps avant la grossesse, là je l’adulais. Et plus précisément mon ventre. D’ordinaire, je le trouvais mou, flasque, bedonnant, loin de mon idéal de fermeté et de platitude. Là, il était lisse, la peau bien tendue, gros certes, mais pour la bonne cause. La grossesse a effacé cet attribut que je détestais chez moi. Il n’en fallait pas plus pour que je fasse la paix avec mon corps et que je finisse par apprécier mon reflet dans le miroir. J’avais une bonne raison d’avoir ces kilos en plus, la culpabilité n’avait donc plus sa place. Ca y est, je touchais du doigt le nirvana, j’étais en paix avec mon corps.

 

Publicités

4 réflexions sur “J’ai ouvert une librairie à domicile

  1. Bonjour petite maman,
    Moi aussi, j’ai adoré être enceinte, quel bonheur, je crois que c’est pour cela que je l’ai été 7 fois ! Dont 2 fausses couches et le plus dur un avortement mais un 5 eme enfant a 46 ans , c’était dangereux et limite inconscient ! J’ai été moi aussi une baleine mais après tout est rentre dans l’ordre ,tout doucement, avec un peu de gym, une alimentation équilibrée et une double vie de maman au travail et à la maison !
    Au fait, ce bébé est il né?
    A +
    Pimprenelle

  2. Pardon, j’avais lu tes posts dans le désordre!
    Le bébé doit avoir 8 /10 mois, et toi tu dois aller mieux !
    Et avec l’ été qui arrive et ton petit bout qui grandit et prend de plus enlus de place, ça va aller de mieux en mieux !
    J’ai hâte de savoir comment il s’appelle !
    Les miens sont victor 23 ans, gaspard 20 ans,cesar 13 ans et mon petit louis qui vient d’avoir 10 ans !
    On reste à jamais, enfin pour ma part, une jeune maman et ils sont toujours nos bébés, quelque soit l’âge !
    A +

    • Bonjour bypimprenelle
      oui c’est un récit dans le passé, les prochains articles vont répondre à tes questions. sois rassurée je vais beaucoup mieux. j’expliquerai petit à petit mon cheminement ces derniers mois, l’aide que j’ai reçu. pour le moment c’est encore brouillon, j’ai tellement de choses à écrire, il faut le temps que tout cela s’organise dans ma tête.
      Par contre, je te rejoins, ils ont beau grandir, il sont toujours nos bébés, je le ressens déjà !

  3. Pingback: Plouf, dans le grand bain | Chamboule Tous

Chamboulez moi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s